Archive | mai, 2018

(infos adhérents) Vente de farines et d’huile de colza, bios et locales !

28 Mai

Bonjour à tous!

Voici une proposition de groupement d’achat

FARINES ET HUILE DE COLZA

Valérie.JPGValérie, adhérente et référente du Panier Cauchois, propose une vente exceptionnelle de farines et huile de colza bios (et locales!) aux adhérents de l’AMAP.

Les commandes se dérouleront le mardi 29  et jeudi 31 mai 2018, à La Fabrique Louis Blanc, lors des distributions auprès de Valérie .

N.B  : seule une commande accompagnée du règlement sera prise en compte.

Attention : la livraison des commandes se fera le JEUDI 7 juin (uniquement le jeudi).

 

Voici les produits qui seront proposés et les tarifs:
Farines bios
Farines bios en 1kg
Blé T65/T80/T110 : 1€90

Seigle : 1€90
Epautre : 3€
Sarrasin : 3€50
5 céréales : 2€50

Engrain (petit épautre) : 4€50
Farines bios en 5kg
Blé/Seigle : 9€
Epautre : 14€
Engrain (petit épautre) : 20€

Huile de colza 1ére pression à froid bio
1 litre : 6€
50 cl : 3€50
25 cl : 2€50

Si besoin d’infos, une seule adresse : lepaniercauchois@gmail.com

Publicités

Pour sauver les abeilles …

20 Mai

L’article du jour nous est proposé par Emilie, adhérente du Panier Cauchois, dont le mari est apiculteur en cours d’installation pour être professionnel.

Pour sauver les abeilles …

Depuis ce début d’année, les apiculteurs constatent des taux de mortalité encore plus importants dans leurs ruchers que les années précédentes. Ces constats inquiétants – et pour certains économiquement catastrophiques – concernent toute la France et tous les apiculteurs : débutants, ruchers-écoles, y compris des professionnels très expérimentés.

Toutes les zones géographiques de l’hexagone sont concernées, qu’il s’agisse de ruchers situés en bord du littoral, en plaine, en zone de montagne, ou de ruchers urbains.

Toutes les hypothèses sont évoquées : traitements pesticides, infections parasitaires, maladies, dérèglement climatique, pollution, nouveaux prédateurs, réduction des ressources alimentaires (quantité et diversité des fleurs fournissant nectar et pollen) et des habitats, compétition avec des espèces invasives, multiplication des émissions électromagnétiques, …

A cela s’ajoute des vols de ruches qui sont tous les ans de plus en plus importants ! La courbe des vols de ruches augmente proportionnellement avec celle des pertes de colonies et celle des diminutions de récoltes. Plus de ruche signifie pas de colonie, pas de récolte et donc pas de miel !

Les abeilles sont donc en danger. Et comme nous le savons déjà, que les abeilles sont d’une grande importance puisqu’elles participent à la pollinisation.

Alors pour stopper ce syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, chacun peut aider ! Il suffit pour cela de :

–          Planter des fleurs et plantes mellifères

–          Dire non aux pesticides, herbicides, engrais chimiques

–          Fabriquer des hôtels à insectes

–          Laisser un bout de terrain en friche

–          En parler autour de soi

–          Et bien sûr manger du miel local, mais ça on sait bien le faire au sein d’une Amap !

Émilie.

Pour aller plus loin, voici trois liens d’informations :

La situation en Ariège : https://www.20minutes.fr/planete/2270415-20180514-ariege-apres-avoir-perdu-deux-millions-abeilles-cause-epandage-mobilise-contre-phytosanitaires

La situation en Bretagne : https://www.ouest-france.fr/bretagne/la-grande-marche-des-apiculteurs-bretons-5729962

La décision récente de l’Union Européenne concernant les néonicotinoïdes: http://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/04/26/l-europe-se-prononce-sur-l-interdiction-des-neonicotinoides_5291075_1652666.html

%d blogueurs aiment cette page :