Ça s’est passé en juillet

7 Août

En juillet, votre blogueuse était en vacances… mais pas l’actualité alors voici un petit flash back :

KOKOPELLI

Kokopelli , association qui œuvre pour la libération de la Semence et de l’Humus et la Protection de la Biodiversité alimentaire, a dénoncé via une publication le 16 juillet, une campagne d’appel aux dons lancée par Avaaz.

A lire sur  http://kokopelli-semences.fr/quoi_de_neuf/avaaz_bas_les_masques

POLITIS

Dans le dernier numéro intitulé « La bourde de Hollande », on peut lire un article sur la Ferme des bouillons

 » Près de Rouen, des militants relancent le maraîchage dans une ferme que veut raser le groupe Auchan. En dix-huit mois, ils sont devenus un pôle d’animation des résistances locales. Reportage. »

politis

Le lien pour acheter le numéro : http://boutique.politis.fr/public/d/israel-palestine-la-bourde-de-hollande/p/1312

AFFAIRE GIBOULOT

Voici un extrait de la lettre de diffusion de l’IPSN

« Une mobilisation payante !

Vous avez été plus de 500 000 à signer la pétition de soutien à Emmanuel Giboulot. Et vos efforts, ainsi que la mobilisation du viticulteur lui-même et du tissu associatif local ont porté leurs fruits : cette année, la zone d’épandage prévue par l’arrêté préfectoral en Côte d’Or ne représente plus qu’un quart de la zone ciblée il y a un an. (Le domaine d’Emmanuel Giboulot en est exclu).

Surtout, l’administration a repris l’argumentation développée par Emmanuel lors du procès, à savoir qu’il fallait prendre une décision commune par commune, et ne traiter qu’en dernier recours si l’on constatait une contamination réelle de la vigne. Vous pouvez consulter l’arrêté préfectoral de 2014 pour la Côte d’Or ici.

Quelque chose a changé depuis le procès et la pétition : c’est la possibilité de débattre des choix posés par les viticulteurs. Même s’il existe encore des désaccords sur la manière de lutter contre la flavescence dorée et sur les développements de la vigne en Bourgogne, une chose est sûre : les épandages ne seront plus imposés de manière systématique en Bourgogne ! Il faut donc une fois encore féliciter notre vigneron pour son choix courageux qui, à l’époque, n’avait rien d’évident : il a privilégié la santé du consommateur à la protection de sa vigne en s’attirant les foudres de ceux qui craignaient pour leur propre domaine. »

Pour aller plus loin:

Le lien vers l’arrêté préfectoral :

http://www.stop-flavescence-bourgogne.fr/assets/files/AP%20FD%2021%202014%20signe.pdf

Et

La newsletter dans sa globalité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :